(514) 596-1010 Réservations WoD du jour
  • 30NOV 2016
    Ça sert à rien

    Ça sert à rien

    Ça sert à rien d’omettre des répétitions au grand nom d’avoir un meilleur score sur le tableau. En bout de ligne, lors de l’open et/ou de compétition c’est vous que vous décevez et pénaliser.

    Prenons l’exemple du WoD Filthy Fifty que nous avons fait à la boîte dernièrement. Dans le tableau ci-bas, vous trouverez les temps des meilleurs (ceux qui sont aux CrossFit Games)

    Filthy Fifty
    Ben Smith 16:17
    Patrick Vellner 20:16
    Alex Vigneault 14:54
    Annie Thorisdottir 15:07
    Stacie Tovar 21:22

    Donc qu’est-ce qu’on peut comprendre: l’élite accompli Filthy fifty sous les 20 minutes. Ce qui veut dire que si vos temps ressemblent à ceux de l’élite, il y a peut-être un problème.  Mais, pas de panique et on ne cri pas encore à l’arnaque.

    Ou est-ce que je m’en vais avec ça? Lors de filthy fifty de la semaine passée, ce WoD a été la culmination d’une tendance qui commence à être très à la mode pour certains depuis quelques mois.

    En gros, il y a toujours bien des limites à faire 35 knees to elbow sur 50. On ne parle pas ici de répétitions ou les genoux ne touchent pas totalement les coudes. Ici on parle de réduire de manière délibérée le nombre de répétitions totales.

    Gang, ça sert à rien d’omettre des répétitions lors de vos WoD pour avoir le meilleur temps de la journée. Parce que lorsque vient le temps d’exceller en compétition et/ou lors de l’open vous ne pouvez pas vous en sortir.

    Vous continuez à entretenir le mythe de votre excellence face à vos pairs et vous devez continuer de tout modifier. En bout de ligne vous arrivez à un moment ou vous-même ne devez même plus savoir quel est votre véritable pointage.

    Ça ne sert à rien de continuer cette pratique irrespectueuse envers vos pairs parce qu’en final, on vous voit à l’oeuvre et on le sait.