fbpx

Time is on my side

Time is on my side

Time is on my side…

Je suis récemment entré dans la cinquantaine. Certains diront que ça ne paraît pas (ma blonde me rappelle fréquemment que j’ai l’air d’un gars de moins de 40 ans), mais je dois vous avouer que je ressens l’âge assez régulièrement, bien que je me trouve mieux conservé que Keith Richards. Ma chance est de toujours avoir eu un rythme de vie actif : plus jeune j’ai fait de la natation, du water-polo, du vélo, de la course, de l’escalade et j’ai longtemps fréquenté le gym. Je n’ai jamais fait de compétition; je faisais du sport parce que j’aime bouger.

Mais j’arrive à une étape de ma vie où l’entraînement doit être adapté. Parce que non, un athlète de mon âge ne s’entraîne pas de la même manière qu’un athlète 20 ou 30 ans.  Mes besoins en entraînement ne sont pas différents : je dois toujours travailler mon système cardio-vasculaire, maintenir la musculature, et m’assurer une bonne mobilité. Mais je récupère un peu moins rapidement à mesure que je vieilli et il est de plus en plus difficile de développer la masse musculaire. Et si j’arrête de m’entrainer pendant une certaine période, je perds mes capacités beaucoup plus rapidement qu’avant. D’où l’importance de continuer à bouger fréquemment, pour pouvoir continuer longtemps. Je dois aussi faire attention aux blessures aux genoux, dos et épaules : elles peuvent devenir plus fréquentes, et plus longues à récupérer, et je dois absolument m’en occuper, dès qu’elles surviennent.

Si mes besoins ne changent pas vraiment, mon entraînement doit quand même être adapté: avec le vieillissement, le risque de blessure est accru. Je dois donc maintenir un volume d’entraînement, mais surtout m’assurer que ma technique est impeccable : dans le cas contraire, je risque une blessure qui prendra beaucoup de temps à guérir. Je dois aussi me laisser un temps de récupération de meilleure qualité : si je m’entraîne à chaque jour, je dois m’assurer d’avoir assez de repos. Mais surtout, je dois maintenir mes capacités de bases si je veux poursuivre un minimum de progrès. Si les mouvements sont bien effectués, avec une bonne mobilité articulaire, alors il est possible de continuer à progresser malgré l’âge et d’ajouter un 5-10% de progression (avec le vieillissement, on doit revenir à une progression plus conservatrice : les muscles étant moins forts, il est plus risqué de maintenir la progression de 10-15% à laquelle on peut être habitué). Parce que j’ai beau vieillir, un bon challenge est toujours apprécié!

Une erreur que bien des gens font, alors qu’ils vieillissent, est de réduire l’entraînement musculaire pour augmenter l’entraînement cardio-vasculaire. Un programme bien construit n’a pas à être complètement modifié parce que l’athlète vieilli. L’entraînement musculaire est nécessaire afin de maintenir l’efficacité musculo-squelettique, en plus des fonctions motrices (qui inclut l’aspect équilibre). À mesure que l’athlète vieillit, son corps puise dans ses réserves pour continuer à fonctionner : la régularisation du calcium sanguin se fait aux dépends de la minéralisation des os, et on voit alors apparaître les indices de l’ostéoporose. Le fait de maintenir un entraînement musculaire permet de stimuler la régénération du squelette, repoussant les signes de vieillissement associés à l’ostéoporose. Ce même entraînement permet aussi de maintenir l’efficacité contractile et réactive des muscles et du système nerveux moteur, ce qui assure une bonne stabilité à la démarche (que ce soit lors de la course ou de la marche).

Parce que le corps puise de plus en plus dans ses réserves à mesure qu’il vieillit, il devient toujours plus important d’assurer une alimentation équilibré faite avec des ingrédients de très bonne qualité. Cela consiste en très peu (et même pas du tout) d’aliments transformés, des ingrédients les plus frais possibles (le plus souvent produits localement) consommés dans des portions adéquates (J’ai toujours eu un bon appétit, ce dernier point est un peu subjectif selon moi). Votre alimentation devrait aussi tenir compte de votre état général de santé : si vous avez des médicaments sous prescriptions, assurez-vous de connaître les possible interactions avec votre diète (votre pharmacien est LA personne à qui poser ces questions).

À priori, vieillir n’est pas une perspective particulièrement intéressante. On s’imagine tomber en ruine à mesure que les années passent. Par contre, les progrès sociaux et médicaux en termes de qualité de vie ont fait apparaître de nouveaux adages : « forty is the new thirty » et autres slogans qui se moquent des années. En maintenant votre entraînement aujourd’hui, vous repoussez toujours plus loin le jour où vous vous sentirez plus vieux que votre âge. Et s’il vous arrive un accident, vous vous en relèverez plus rapidement.

(Vous avez probablement croisé Jidé lors d’un cours de groupe. Il a complété une formation en massothérapie il y a quelques 25 ans, et a réalisé à ce moment que la santé et l’activité physique étaient des sujets importants pour lui. Maintenant, il est entraîneur en vélo stationnaire et instructeur en Premiers soins avec les FAC. Il se joindra bientôt à CapOp comme coach.)

 

Cet article t'a plu, pourquoi ne pas le partager?

Coach Mathieu

Coach Mathieu

Sometimes Life sucks

Tu veux recevoir plus de contenus comme celui-ci, abonne-toi !

en_CAEN

ÉVALUATION SANTÉ MAINTENANT